• poèmes et textes de chants

    poèmes et  textes de chants

     

    La poésie a la vertu d'élever l'âme. Elle est tout à la fois expression d'idées, de pensées mais aussi de sentiments. Son langage expressif ou imagé est soutenu par la musicalité de la rime et du rythme. Elle fait appel à l'imaginaire aussi bien qu'à la pensée réfléchie. Elle exprime ou seulement suggère. Elle sait jouer sur les images et les couleurs qui donnent du relief et de l'attrait à son objet. 

    Chers lecteurs, vous trouverez ici quelques poèmes ou paroles de chants qui veulent exprimer la reconnaissance de leurs auteurs envers celui qui les a suscités.

     

    Pour lire tel ou tel poème, il suffit de cliquer en bas de page sur le chiffre qui correspond à sa place dans le sommaire.

     

    SOMMAIRE :

     

    Par ton souffle puissant: Jeanine Cros

    Espérance: Jeanine Cros

    Le prophète de l'Eternel: Jeanine Cros 

      Ecoute ! Jeanine Cros

    La fleur a-t-elle un Père ? Jeanine Cros 

    Que mon âme te loue ! Jeanine Cros 

    Le prophète : Jeanine Cros

    Tu étais là: Catherine Roca 

    De la vie à la vie: Catherine Roca

    Les mains : Danièle Bertrand 

    Le souffle de l'Esprit : JM Ausset

     Le regard de Jésus : Jeanine Cros

     L'ange de l'Eternel : Jeanine Cros

    L'espoir : Jeanine Cros

    Entendre ta voix : Jeanine Cros

    L'amour de l'enfant : Jeanine Cros

    Tempête apaisée: Jean-Marc Ausset

    Suprême Amour: Jeanine Cros

    Le prix d'une âme : Jeanine Cros

    Dès le matin: Jeanine Cros

     Amour fraternel: J. Cros

    Consolations divines: J. Cros

    Si la racine est sainte: J. Cros

    Combattre pour la paix: Jean-Marc Ausset

    Chante Alléluia! : JMA

    Hommage à ceux qui sèment: JMA

    Espoir de vie dans les ténèbres: JMA

    Le jour où nos chemins se sont croisés: JMA

    Une rencontre hors norme: JMA

    Le temps s'enfuit: JMA

    Où va l'humanité ? : JMA

    Lorsque tu es dans la peine: JMA

    Sur les chemins de la vie: JMA

    Au jardin de l'humanité: JMA

    Trajectoire de vie: JMA

    Hymne à Jésus: JMA

     

     

  • Par ton souffle puissant.

    Par ton souffle puissant,             
    Les eaux tu amoncelles,          
    Par ton haleine forte,
    La mer tu renouvelles !

    Par ta miséricorde, Tu as sauvé ton peuple,
    Et en ce jour encore,
    Tu fais voir les aveugles.

    Avec toi, plus de crainte.
    A toi, Dieu Eternel,
    Nous confions nos plaintes
    Et tu ouvres ton ciel.

    Tu chasses l'ennemi,
    Renverses l'adversaire
    Qui s'enfuit à grands cris
    Par ta sainte colère.

    Ton peuple acquis te chante,
    Et te loue humblement,
    Car de ta main puissante,
    Tu l'amènes en avant.

    Ton règne est éternel,
    Ô Dieu fort et puissant,
    La paix venant du ciel
    Inonde tes enfants.

    A toi l'honneur, la gloire,
    Ô Dieu de vérité !
    Devant toi vient s'asseoir

    Ton peuple racheté.

    Jeanine Cros septembre 2016

    Yahoo!

    votre commentaire
  •                                     Espérance
     
    Si la pluie tombe en goutte,                             
    Les oiseaux sans nul doute
    Chantent et font leur concert,
    Par temps gris ou ciel clair.
     
    Ecoute, et sois joyeux !
    Il y a dans les cieux
    Toujours une espérance
    Prête pour qui avance !
     
    Observe le rayon                         
    Qui passe sur ton front,
    chassant le désespoir
    Pour parler de victoire.
     
    Un joyau est caché,
    Dans le fil des années ;
    Les épreuves l'affinent
    Et le rendent sublime.
     
    Vois plus loin que le temps,
    Espère en un printemps
    Qui sûrement arrive
    Comme légère brise.
     
    Il s'annonce et fleurit
    Couleur myosotis,
    Pour redonner la joie
    Jusque dans l'au-delà...
     
    Espère !                                                                                Jeanine Cros, février 2015
    ______________
    Yahoo!

    votre commentaire
  •                          Ecoute !

     

    Ecoute, tends l'oreille à ces cris déchirants

    Que partout dans le monde lancent les coeurs d'enfants.

    Ils déchirent le ciel, d'où ils sont entendus ;

    Bientôt avec justice verdict sera rendu.

     

    Regarde et vois les forts du haut de leur panache

    Ecraser les petits, sans pitié sans relâche.

    Entends et vois ces pleurs chaque jour déversés,

    Par des âmes blessées, par des vies déchirées.

     

    Encourage et soutiens, dans un élan de foi,

    Prends la plume ou le glaive, selon le Roi des rois.

    Pleure avec moi, oui pleure, sur ces âmes livrées,

    A des choses infâmes, par la loi condamnées.

     

    Parle ne te tais point, dénonce sans ambages

    La cruauté le mal. Arme-toi de courage !

    Ne crains pas et détache du mal tous les verrous

    Renforce les cordages tenant l'homme debout.

     

    Malgré les vents contraires, sois un passeur d'amour,

    D'espérance et de foi, sans te lasser, toujours.

    Partage ta pitance, avec le malheureux,

    Dont le chant de louange s'élèvera vers Dieu.

     

    Quelle joie, quelle joie dans le ciel et sur terre,

    Lorsqu'une âme est sauvée et se courbe en prières,

    Parce qu'une sentinelle a voulu écouter 

    La tendre voix du Père, proclamant sa bonté !

     

                                                                                 Jeanine Cros, octobre 2014

     

     

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  •          La fleur a-t-elle un Père ?

     

    La fleur a-t-elle un Père,                              

    L'edelweiss un sculpteur,

    L'arc-en-ciel un parterre,

    Le cèdre un ciseleur ?

     

    Connais-tu le potier qui façonna le ciel,

    La terre, les abîmes, la limite des mers ?

    Sais-tu par quelle main, le vent devient pastel,

    Et l'ouragan terrible met la vague à l'envers ?

     

    Entends-tu le murmure

    Qui vient remplir ton âme

    De nourriture sûre

    Effaçant tes alarmes ?

     

    Qui peut d'une parole, et sa toute puissance

    Donner souffle de vie à chacun des humains ?

    As-tu sondé la terre et calmé la souffrance

    De tous les coeurs criant par peur du lendemain ?

     

    As-tu compris l'amour

    Qui n'est pas d'ici-bas,

    Volant à ton secours,

    Quand tu n'espères pas ?

     

    Crois-tu que du rocher peut jaillir une source,

    Pour te désaltérer tout au long du chemin ?

    Mesures-tu le ciel et toutes ses ressources

    Infiniment plus grandes que chaque instant serein ?

     

    Oui, la fleur a un Père

    Et l'amour un auteur

    Qui aime sans frontière,

    Et veut remplir ton coeur !

     

     

     

                                                                                            Jeanine Cros, octobre 2014

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  •             Que mon âme te loue !

     

     Dans le creux de la nuit et par un ciel serein,

     Tu viens à ma rencontre et tu m'offres ta main ;

     Tu apaises mes doutes et calmes ma douleur

     De ta paix sans pareille, ton esprit de douceur.

     

     J'entends ton doux murmure, O, Dieu qui me ravit,

     Qui inonde mon coeur d'une douce harmonie.

     Je ne puis te saisir, te cherche et puis t'appelle...

     D'un vol feutré, tu viens tout comme l'hirondelle,

     

     Te poser sur mon âme, et raviver ma joie.

     Tu viens sans un reproche faire couler en moi

     Ta source pure et fraîche, renouvelant ma vie

     Par ton souffle puissant jusque dans l'infini.

     

     Qui d'autre, O, mon Seigneur pourrait ainsi combler

     Par ta paix retrouvée, mon coeur et mes pensées ?

     Qui peut par sa parole, créer en un instant

     Et la mer et le ciel, et l'impalpable vent ?

     

     Toi seul tu ES, tu viens, tu sauves, tu bénis !

     O, combien tu es digne quand ta voix douce dit :

     Reviens o, mon aimée ! Je ne peux que venir

     Sauter, danser, agir et sans tarder courir.

     

     Te rejoindre, O, mon Roi. C'est le voeu de mon coeur.

     Tu promets et tu tiens et tu nous rends vainqueurs !

     Que mon âme te loue, toujours et à jamais

     Dans ton palais d'amour et pour l'éternité !

     

     

                                                                                               Jeanine Cros, septembre 2014

    Yahoo!

    votre commentaire
  •              Le  prophète



    Comme une source claire, comme le vent d'autan,

    Le prophète libère un message important.
    La source et puis l'esprit, sont comme lui soumis
    A la force suprême du Dieu de l'infini.

    Contre vents et marais, il avance et proclame
    Des paroles de vie qui délivrent les âmes ; 
    Il crie dans le désert, et n'est pas écouté,
    Sinon par ceux qui croient qu'il est bien l'envoyé.

    C'est Dieu qui l'a choisi. Ecoute ce qu'il dit !
    Ne laisse pas en toi entrer un autre esprit
    Fait d'orgueil, de révolte, et non d'amour de joie,
    Ecoute mon ami ce cri du ciel vers toi !

    Comme un phare perçant le brouillard dans la nuit,
    Le prophète fidèle, en tout temps avertit.
    Il annonce et poursuit le plan de Dieu parfait
    Qui dans les coeurs meurtris amènera la paix.

    A chaque époque on voit, ces martyrs à genoux
    Que le monde rejette et qui restent debout
    Par la force divine, jusque dans l'au-delà.
    Ils sont humbles et héros, mais on ne le voit pas...

    La semence est jetée à portée éternelle,
    Et le prophète sait ce qu'est la vie nouvelle.
    Il espère toujours, même si comme Etienne
    Il soupire et pardonne, lapidé dans l'arène.

    Il sait ce fier soldat, que dans l'éternité,
    L'attend le Roi des rois, Seigneur de l'unité,
    Le prince de la paix dont le trône est d'amour
    Rayonnant d'avenir, nommé l'Ancien des jours.

     

     

     

     

    Jeanine Cros , 10/09/14

    Yahoo!

    votre commentaire
  •                       TU ETAIS LA

     

    Tu étais là                                        

    Quand dans la brume de mon enfance

    Se perdait mon innocence

     

    Tu étais là

    Quand fatiguée

    Je me laissais dériver

     

    Tu étais là

    Dans le secret de mon regard

    Savourant la paix du soir

     

    Tu étais là

    Quand une main tendue

    M'a secourue

     

    Tu étais là

    Comme une paix indicible

    Comme une présence invisible

     

    Tu étais là

    Au cœur de ma souffrance

    Parlant d'espérance

     

    Tu étais là

    Attendant avec patience

    Que finisse mon silence

     

    Tu étais là

    Dans les rires de ma fille

    Dans ses yeux où le soleil brille

     

    Tu étais là

    Quand le ciel soudain orageux

    Semblait vouloir nous fermer les yeux

     

    Tu étais là

    Comme une paix indicible

    Comme une présence invisible

     

    Tu étais là

    Fidèle à ta promesse

    Me gardant avec tendresse

     

    Tu étais là

    Accompagnant chacun de mes pas

    Ici ou là-bas

     

    Tu étais là

    Jour après jour

    M'offrant tout ton amour

     

    Tu étais là

    Toi le Seigneur que j'adore

    Et aujourd'hui encore

     

    Tu es là

    Comme une paix indicible

    Comme une présence invisible

    Catherine Roca

     

    Novembre 2005

    Yahoo!

    votre commentaire
  •                            DE LA VIE A LA VIE

     

    Je suis venue sur cette terre

    Sans rien, espérant le bonheur

    J'ai connu la misère

    La fatigue et les pleurs

    Mais un jour quelqu'un

    A frappé chez moi

    Etait-ce un soir ou un matin

    Il avait l'air d'un roi

    Roi couronné de souffrance

    De lumière et de gloire

    Promesse d'espérance

    D'un avenir auquel on peut croire

    Je lui ai ouvert ma porte

    D'un mot il m'a libérée

    Et d'un vie à jamais morte

    Il a fait jaillir l'éternité

    Qu'importe les embûches du chemin

    La fatigue ou la peine

    Il me tient par la main

    Vers le ciel il me mène

    Je quitterai cette terre

    Avec Dieu mon Sauveur

    Pour vivre dans la lumière

    Et connaître le bonheur

     

    Catherine Roca

    Septembre 2004

     

     

     

     

     

     

     

     

    Yahoo!

    votre commentaire
  •                                               LES   MAINS

     

    Mains admirables

    Vêtues de foi et d'amour

    D'or pur et de lin

    De chaînes ou de cendres.

     

    Mains qui pour moi                                                 

    Se sont jointes,

    Gercées, égratignées,

    Mains des humains.

     

    Mains de ma foi

    Dressées, pliées, brisées,

    Mains de la vie

    Toujours actives

     

     

    A la recherche de ceux qui souffrent,       

    Hurlent,

    Attendent que mes mains saisissent 

    Les leurs,

    Attendent que les miennes

    Reprennent vie dans ta chaleur,

    O, Dieu !

     

    Mains de la grâce,

    Mains de la vie

    Divine.

     

    O, Dieu, je joins mes mains

    Afin que, comme Daniel

    Dans sa prison,                                                       

    Tu libères les mains

    De leurs chaînes,

    Et que, telles des colombes

    Désormais,

    Elles voguent vers d'autres

    Mains,

    Mains d'hommes et de Dieu,

    Emmêlées, indivisibles,

    Aussi tranchantes que l'épée,

    La paume douce, retournée,

    Humbles dans leur éternité.

     

                                                  Danièle BERTRAND ( Le Chambon-Sur-Lignon)

                                                        

                                           Aux mains qui ont sauvé tant de Juifs

    Yahoo!

    votre commentaire
  •                                        Le souffle de l’Esprit

     

     

    Vent de tempête ébouriffant les arbres,                                   

    Rugissant dans les branches écartelées,

    Sifflements déchirants comme un orgue en folie,

    La nature apeurée s’enfouit sous ses décombres.

     

    Doux zéphyr dont le souffle est comme une caresse,

    Effleurant tendrement les hampes des iris,

    Murmures apaisants comme mots de tendresse,

    La nature s’endort, bercée dans l’harmonie.

     

    Ainsi souffle l’Esprit, parlant à l’âme humaine,                                   

    Tantôt avec puissance, tantôt avec douceur,

    Sonnant comme trompettes ou susurrant au cœur,

    Il ébranle les rocs, rassure ceux qui peinent.

     

    Si du vent de l’Esprit, tu as senti le souffle,

    Si ton cœur endurci a perçu sa puissance,

    Si ton âme assoiffée a goûté sa présence,

    Libère-toi sur lui de tout ce qui t’étouffe.

     

      

     

                                                                                            Jean-Marc Ausset, septembre 2013

    Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique