•           LE MIRACLE DE LA REPENTANCE :

     

    Voilà un vocable qui sonne mal en ce XXI° siècle débutant où l’individualisme est pointé du doigt par les sociologues mais où, paradoxalement, on assiste à un transfert sur les autres de toute responsabilité personnelle, de toute erreur voire de toute faute.

    C’est qu’en effet, si l’individualisme est le fruit de l’égoïsme, le refus de reconnaître ses fautes est celui de l’orgueil !

    Il faut dire aussi que le terme « repentance » s’est vu chargé au cours des siècles d’un cortège de pratiques et de rites religieux qui en ont travesti le sens premier, l’ont vidé de sa véritable signification et ont contribué à son discrédit.

    Il importe donc de le réhabiliter, de retrouver toute la richesse et tout l’espoir de vie dont il est porteur car, disons-le tout de go, dépouillé de ses oripeaux, le terme « repentance » recèle une telle puissance de transformation voire de révolution, qu’il ne peut laisser dans l’indifférence !

     Pour ce faire, il est bon de s’en référer à ce que dit la Bible, parole de Dieu, seule pierre de touche de la Vérité.

    Quelques textes significatifs nous serviront de guide.

    Actes 26v20 : paroles de l’apôtre Paul :

    « J’ai prêché la repentance et la conversion à Dieu, avec la pratique d’œuvres digne de la repentance. »

    Matthieu 3v8 : paroles de Jésus-Christ s’adressant aux pharisiens :

    « Produisez donc des fruits dignes de la repentance ! »

    Romains : 2v4 :

    « Méprises-tu, ô homme, les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longanimité, ne reconnaissant pas que la bonté de Dieu te pousse à la repentance ? »

    2 Corinthiens : 7v 9,10 :

    « Je me réjouis … de ce que votre tristesse vous a portés à la repentance ; car vous avez été attristés selon Dieu…En effet, la tristesse selon Dieu produit une repentance à salut dont on ne se repent jamais. »

    Luc 15v10 :

    « De même je vous le dis, il y a de la joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent. »

     

    Cette dernière parole prononcée par Jésus-Christ nous transporte dans le royaume même de Dieu où les populations célestes éclatent de joie en apprenant qu’un pécheur s’est repenti.

    Pourquoi une telle liesse, sinon parce qu’un homme que tout séparait de Dieu à cause de son péché et qui était promis à la mort éternelle, privé de tout contact avec le Dieu de la Vie, vient de reconnaître en Lui son Créateur et en Jésus-Christ son Sauveur et, du coup, vient d’être accepté dans la grande famille des rachetés, des enfants de Dieu héritiers de la vie éternelle.

    Joie dans le ciel car la vie vient de triompher de la mort, car la lumière de la vérité vient de déchirer les ténèbres du mensonge !

    Comment un tel miracle a-t-il pu se produire ?

    Par un double processus, fruit de la seule grâce de Dieu dont l’Esprit-Saint révèle à l’homme pécheur sa nature dépravée et dans le même temps,  met en lumière la nature sainte et miséricordieuse de Dieu.

    Cette seconde révélation le conduit à prendre conscience de la bonté de Dieu et de sa patience envers lui. La première lui permet de se voir comme dans un miroir et d’y découvrir ses turpitudes, c’est-à-dire, les laideurs de son âme.

    Dès lors, il lui appartient, soit de prendre en considération ce qu’il vient de découvrir, soit d’étouffer en lui cette voix qui l’appelle à la repentance.

    L’apôtre Paul, dans ses prédications, associait la repentance et la conversion.

    Repentez-vous, disait-il, autrement dit, soyez attristés d’avoir vécu comme si Dieu n’existait pas, comme si vous étiez les maîtres de vos vies, comme si vous étiez libres de faire ce que bon vous semblait, confondant le bien et le mal, le mensonge et la vérité !

    Repentez-vous, descendez du trône dérisoire de votre autosuffisance pour vous incliner devant la majesté divine et pour adorer l’Eternel Dieu !

    Repentez-vous, criez à Lui pour implorer son pardon et pour Lui demander de changer votre vie !

    Repentez-vous mais aussi convertissez-vous, en d’autres termes, changer radicalement de direction, faites un demi-tour complet pour suivre désormais les commandements divins et renoncer à vos anciennes façons de vivre et de penser !

    Et c’est alors que se produit le miracle de la véritable repentance qui voit naître de l’Esprit un homme nouveau, régénéré, pardonné, animé d’un amour nouveau, d’un sentiment de bonheur et de plénitude jamais ressenti, animé d’un désir ardent de proclamer au monde ce qui vient de bouleverser sa vie .

    C’est cet acte de confiance en Dieu, consécutif à la double révélation évoquée plus avant qui porte le nom de « foi » selon ce qui est écrit dans Romains 10v17:

    « La foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la Parole de Dieu. »

    C’est pourquoi Jésus-Christ insistait sur la confiance que devaient lui accorder ses auditeurs en raison de l’enjeu d’une telle démarche .

    Jean 6v47 : «  en vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle. »

    Le sentiment de plénitude expérimenté par le nouveau converti procède précisément de la certitude ancrée dans son âme par le Saint-Esprit qu’il possède véritablement la vie éternelle.

    Hébreux 6v19 :

    « Cette espérance, nous la possédons comme une ancre de l’âme, sûre et solide. »

    Elle est le témoignage objectif d’une véritable naissance spirituelle attestée par ce cri du cœur du nouvel enfant de Dieu qui s’exprime dans une spontanéité qui en traduit la sincérité :

    Romains 8v15 :

    « vous avez reçu un esprit d’adoption par lequel nous crions :Abba, c’est-à-dire, Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. »

    Or, ce miracle de la repentance ne se limite pas à ces moments initiaux, mais il va se manifester au travers de toute une vie consacrée désormais à Dieu.

    Jésus a, en effet, mentionné «  les fruits dignes de la repentance «  et l’apôtre Paul «  des œuvres dignes de la repentance. »

    Il ne fait pas de doute que, comme le disait Jésus, un arbre se reconnaît à ses fruits .

    Ainsi en est-il de l’enfant de Dieu , né d’en haut, né de l’Esprit.

    Quels sont donc les fruits attendus ?

    Ce sont ceux qui découlent de l’amour-agapè versé dans le cœur du croyant l’Esprit :

    L’apôtre nous les présente dans son épître aux Galates 5v22 :

    « Le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, l’indulgence,la fidélité, la douceur, la tempérance. » 

    Avouons humblement qu’un tel programme dépasse infiniment nos propres ressources naturelles . Il en découle que chacune de ces vertus et, mieux encore, leur conjugaison dans une vie d’homme, portent témoignage de l’action surnaturelle de Dieu .

    Miracle de la repentance, avons-nous affiché comme titre à notre réflexion .

    A son terme , nous croyons qu’il n’est pas usurpé et qu’il exprime bien la réalité de la révolution opérée dans la vie de ceux et de celles qui ont su être assez humbles pour répondre à l’appel du grand Dieu des cieux et de la terre, créateur de l’univers, sauveur des pécheurs par le don de Jésus-Christ son Fils, mort sur une croix pour payer la dette de leurs bassesses et de leur rébellion, de ce Dieu qui nous parle encore aujourd’hui par sa parole écrite, la Bible, et par son Esprit-Saint.

     Ami lecteur, si aujourd'hui, tu entends la voix de Dieu, n’endurcis pas ton cœur, mais, confie-toi en Lui, tourne-toi vers Lui, et le miracle de la repentance sera pour toi la plus belle expérience de ta vie, dont tu n’auras jamais à te repentir car c’est le miracle de la vie éternelle ! 

    De tout coeur avec toi.

    Jean-Marc Ausset le 31/10/11 

    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :